Trouver du temps pour méditer…


Je rencontre beaucoup de personnes qui souhaitent commencer la méditation et qui n’en ont jamais le temps.

Dans ce cas, il vaut mieux transformer la situation et s’adapter.

L’idéal est de commencer en choisissant le temps du trajet le matin par exemple.


En prenant votre voiture demain matin, ou dans le bus, le tramway, ou à pieds choisissez de vivre votre trajet différemment par rapport aux autres jours.

– Vous partez à l’heure, pourquoi pas 5 minutes plus tôt, afin de ne pas stresser.

– Vous décidez de ne pas mettre la radio, de ne pas vous énerver parce que quelqu’un vous passe devant, de rester calme. Ce moment vous appartient.


– Vous démarrez et plutôt que de penser aux tracas de la journée qui vous attendent, vous allez penser à respirer.

Respirer en conscience :
1- Vous inspirez par le nez, tranquillement, et vous veillez à remplir votre thorax et votre ventre. Vous sentez l’air qui gonfle votre ventre.
2- Vous expirez en soufflant par la bouche, et vous imaginez que votre air descend vers vos pieds.
3- Vous enchainez tranquillement les « J’inspire » « J’expire », vous respirez consciemment.

Gérer ses pensées :

Si vous vous surprenez en train de penser à autre chose qu’à la respiration, ne soyez pas étonné, c’est normal. A moi aussi, cela m’arrive souvent. Regardez à quoi vous pensiez et revenez à votre respiration tranquillement.

Si vous avez des pensées qui reviennent sans cesse et que vous ne pouvez pas respirer, il serait bien de les noter sur un petit carnet que vous gardez avec vous, pas en conduisant bien sûr. Il faudra penser à vous occuper de ces pensées qui vous dérangent vraiment.

Vous pouvez utiliser cette technique dans d’autres situations : une longue file d’attente, le temps passé dans une salle d’attente pour un rendez-vous, ou tout simplement lors d’une pause dans la journée de quelques minutes.

Personnellement, je fais très régulièrement ces respirations et j’en tire un réel bénéfice. J’arrive calme à mes rendez-vous, je sais que si je pense plusieurs fois à la même personne ou à la même chose, il est bon que je m’en occupe. Je me sens plus posée, plus positive.

C’est vraiment une belle expérience à mettre en place, c’est une méditation et si on n’y arrive pas la première fois, on recommence.

Découvrir mon site : https://fengshui-bordeaux.fr/



Le ralentissement, à pratiquer si vous êtes débordé, stressé.


tortue

 » Marcher, c’est le zen, s’asseoir, c’est le zen,
parler ou se taire,
bouger ou rester immobile,
l’essence est à l’aise » Osho

Il dit encore:  » Vous n’avez besoin de ne rien faire.
Demeurez simplement dans votre sérénité.
Délectez-vous de ce ralentissement, de ce calme et rendez-vous compte que vous êtes déjà chez vous  »

 » Votre vie se trouvera sous l’étoile de la vigilance, de l’intelligence consciente, de la joie inconditionnelle, de l’affection et d’un canal fluide  »

Extrait du Zen Tarot d’Osho
Découvrez mon site

Le Tao-Te-King de Lao-Tseu, la pensée taoïste à l’origine du Feng Shui. A méditer!


Lao Tseu, Tao-Te-King

Lao Tseu, Tao-Te-King

Tao-Te-King, Le livre de la voie et de la vertu nous transmet l’essence de la sagesse chinoise.
Le Feng Shui s’en inspire largement, Tao signifie « voie », c’est la voie de l’équilibre.
« Qu’est-ce qui nous touche de plus près, de notre gloire ou de notre personne?
Qu’est-ce qui nous est le plus précieux, de notre personne ou de nos richesses?
Quel est le plus grand malheur, de les acquérir ou de les perdre?
C’est pourquoi celui qui a de grandes passions est nécessairement exposé à de grands sacrifices.
Celui qui cache un riche trésor éprouve nécessairement de grandes pertes.
Celui qui sait se suffire est à l’abri du déshonneur.
Celui qui sait s’arrêter ne périclite jamais.
Il pourra subsister longtemps ».
Ce livre est minuscule, il pèse 50 gr, idéal pour les vacances.
Venez découvrir mon site

Yi King, le livre des transformations, livre de sagesse


mon livre du Yi king

mon livre du Yi king

Feng Shui Tibétain – Françoise CHEVALIER – On dit que le livre des transformations est le plus ancien livre de la Chine, Que la sagesse du Yi King inspirait Lao Tseu et Confucius.
Le livre est toujours actuel et le traducteur Étienne Perrot écrit « La fréquentation du Livre est un moyen de choix pour apprendre à lire l’ordre de l’univers et, tout en même temps, établir l’harmonie en soi-même.
Ainsi nous nous gardons de nous identifier à l’extrémité heureuse ou malheureuse où le sort nous a portés pour considérer toujours en elle la présence secrète mais déjà en œuvre du pôle contraire.
Il n’est pas d’acquisition définitive, tout moment est passage, l’apogée contient en germe le déclin, la défaite prépare la victoire future,la retraite est souvent la meilleure préparation du retour ».
Lors des premières lectures, on se sent dérouté et puis on se laisse porter pas l’enseignement de sagesse, de détachement et de lâcher-prise.
Venez découvrir mon site